Lawrence Abu Hamdan, dont les antécédents se situent dans la musique, a souvent redéfini le format du documentaire radiophonique pour le contexte de l’art contemporain en lui conférant la forme d’une composition textuelle sonore agrémentée d’éléments performatifs en direct et de visualisations graphiques ou tridimensionnelles. Son œuvre relie les modes fondamentaux dont le corps humain véhicule sens et signification en mettant des ondes en mouvement – ton, voix, paroles – avec les requêtes et embûches des systèmes juridiques. Souvent produites dans le cadre des recherches effectuées pour son doctorat au Goldsmiths College à Londres, ses œuvres nous aident à réapprécier la précision du discours ou le fait de garder le silence. Abu Hamdan analyse en général des concepts fondamentaux – le serment, le droit au silence, la liberté d’expression – et démontre que la bataille pour la liberté d’expression se joue à présent sur le plan du contrôle des conditions dans lesquelles nous sommes écoutés.

 

DOUBLE-TAKE: LEADER OF THE SYRIAN REVOLUTION COMMANDING A CHARGE

2014

Cette nouvelle œuvre d’Abu Hamdan – une commande d’un riche homme d’affaires d’origine syrienne pour sa résidence secondaire en Angleterre – est une pièce acoustique accompagnée d’une série d’images centrées autour d’une version contemporaine du tableau de Théodore Géricault, Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant (1812, collection du Louvre) dans lequel l’artiste a remplacé l’officier impérial français par le sultan Pacha Al-Atrach (1891–1982), le meneur de la révolte contre le pouvoir français entre 1925 et 1927. L’anglophilie est la raison inhabituelle de cette image anticoloniale paradoxale, imprégnée de l’esthétique du colonisateur. La pièce acoustique s’approprie un mode traditionnel de narration, transposé en musique, où il est souvent question d’Al-Atrach. Avec les photographies qui l’accompagnent, l’œuvre nous donne à voir la manière dont la violence coloniale est représentée, célébrée, incarnée et accaparée.

Abu Hamdan se sert de la double nature de l’histoire racontée par les tableaux (le début et la fin de l’impérialisme français) pour comprendre les manières dont les peuples forgent des relations complexes et contradictoires avec leur passé colonial. Les deux cents ans qui séparent le tableau de Géricault de sa version pervertie sont condensés en un seul moment de regard double dans lequel on peut lire toute l’histoire du projet colonial. (AK)

Artist Website

Lawrence abu hamdan double take 2014 3

Lawrence Abu Hamdan, DOUBLE-TAKE: LEADER OF THE SYRIAN REVOLUTION COMMANDING A CHARGE, 2014, photo: M HKA

Lawrence abu hamdan double take 2014

Lawrence Abu Hamdan, DOUBLE-TAKE: LEADER OF THE SYRIAN REVOLUTION COMMANDING A CHARGE, 2014, photo: M HKA

Lawrence abu hamdan double take blur 2014

Lawrence Abu Hamdan, DOUBLE-TAKE: LEADER OF THE SYRIAN REVOLUTION COMMANDING A CHARGE, 2014

©photo: M HKA