Shilpa Gupta crée des œuvres d’art qui examinent la place de la subjectivité et de la perception humaine par rapport aux thèmes du désir, du conflit, de la sécurité, de la technologie et de la censure. Son travail est multidimensionnel : elle utilise tant la sculpture que le texte, et fait montre d’une maîtrise des techniques audio et visuelles. Pour Gupta, la technologie est une extension du corps et de l’esprit, et elle est très consciente politiquement du rôle, de la psychologie et de l’esthétique des diverses formes de médias, en particulier de leur complicité avec la peur. Bien que ses œuvres puissent être interprétées comme fondées sur une situation sociale et politique dans divers contextes culturels, Gupta préserve l’ouverture de leur spécificité, et permet à leurs thématiques d’être interprétées différemment selon le lieu d’exposition.

 

SINGING CLOUD

2008–2009

 

SANS TITRE

2008–2009

Singing Cloud est une installation qui a l’apparence d’une masse amorphe constituée de 4000 microphones. L’œuvre examine l’impact psychologique d’un paysage de l’information aujourd’hui perçu très indirectement, où se cultivent la peur et le soupçon. L’œuvre, réalisée en collaboration avec Mahzarin Banaji, un professeur de psychologie de l’Université de Harvard, examine le pouvoir des images médiatiques tel qu’il se reflète dans le comportement des individus. En particulier, les recherches de Banaji traitent des altérations multicouches qui prennent place dans la perception humaine suite à son exposition aux images, lorsque s’effondre la conscience du moi jusqu’au niveau de notre conscience collective. Gupta a ensuite interprété et amplifié ces recherches par une bande sonore constituée de fragments hypnotiques de parole. La fonction des microphones s’est inversée : au lieu d’être utilisés pour enregistrer, ils émettent ces sons, conçus pour « chanter » et onduler en surface. Réalisé en même temps que Singing Cloud, Sans titre a la forme d’un tableau de départs et arrivées dans un aéroport. Les 29 signes du tableau génèrent une série de phrases courtes qui changent rapidement. Le texte apparaît de façon libre et associative, mais se modifie de façon rythmique et non aléatoire. Écrites par l’artiste, les phrases renvoient à des lectures et des échanges que Gupta a pu avoir avec des scientifiques, des philosophes et des historiens sur la nature des médias d’information en tant qu’agents de fragmentation et de division.

 

AU M HKA ET À LA BIBLIOTHÈQUE PERMEKE, DE CONINCKPLEIN 25–26 (PRÈS DE LA GARE CENTRALE D’ANVERS) :

 

SOMEONE ELSE

2011–2012

Someone Else est une œuvre de Gupta présentée en deux parties au M HKA et à la Bibliothèque Permeke d’Anvers. Elle se base sur l’idée d’une bibliothèque de 100 livres qui ont été écrits anonymement ou sous un pseudonyme. Ils ont été sélectionnés dans les littératures du monde entier et de tous les siècles, dont certains de Emily Brontë (sous le pseudonyme de Ellis Bell) et de Herman Hesse (sous le pseudonyme de Emil Sinclair). L’anonymat et les pseudonymes ont été choisis pour diverses raisons, de « la peur due à un prénom qui n’était pas clairement masculin » à « la peur de ne pas pouvoir rentrer dans son pays », illustrant la thématique de la censure ainsi que les préjugés sociaux dans divers contextes culturels. Au M HKA, 100 reproductions métalliques de livres sont présentées sur des étagères. Chacun est gravé du titre du livre et de la raison pour l’anonymat de l’auteur, et chacun est vide pour signifier l’absence de la véritable identité de l’auteur. À la Bibliothèque Permeke, une sélection des livres a été insérée dans les rayons, dont de nouvelles additions à cette liste, écrites en néerlandais à l’origine et disponibles au prêt. (NH)

Artist Website

Shilpa gupta   flapboard

Shilpa Gupta, UNTITLED, 2008, photo: Shilpa Gupta

Shilpa gupta   singing cloud
Shilpa Gupta Singing Could, 2008 – 2009 Microphones with 48 multi-channel audio 152.4 × 457.2 × 61 cm, audio 9 min 30 sec Courtesy of Louisiana Museum of Modern Art, Humlebaek, Denmark Acquired with the funding from The Augustinus Foundation Photo: Jamie Woodley
Shilpa gupta   someone else library

Shilpa Gupta, SOMEONE ELSE, 2012-2013 (detail), photo: Jamie Woodley

Shilpa gupta   someone else m hka

Shilpa Gupta, SOMEONE ELSE, 2011 (detail), photo: Shilpa Gupta